Mars Bleu : le mois de promotion du dépistage organisé du cancer colorectal

29 mars 2017

Mars Bleu : le mois de promotion du dépistage organisé du cancer colorectal

A l'hôpital de Sens, les hépato-gastroentérologues s'engagent et organisent des actions de prévention, de sensibilisation et d'information le mercredi 8 mars de 9h à 17h30. Dans la salle d'attente des consultations externes au RDC du bâtiment Gaston Ramon, Marieke CLARDEIJ, Attachée Scientifique de la société Roche Oncologie Digestive, le Dr Stéphane CORNELIS de l'AIDEC et le Dr Cosme, gastroentérologue à l'Hôpital de Sens, iront à la rencontre du public en tenant un stand d'information sur le dépistage du cancer colorectal. Une structure gonflable représentant un colon rendra ludique la compréhension de la maladie et son dépistage. A noter également : le Dr Cosme assurera, sur la matinée uniquement, des consultations gratuites au sein du service de médecine de spécialités. L'objectif de cette journée de mobilisation sera d'évoquer les facteurs de risque, de conseiller sur la méthode de dépistage la plus adaptée mais aussi de répondre à toutes les questions liées à ce type de cancer.

Mars Bleu : le mois de promotion du dépistage organisé du cancer colorectal

Le mois de Mars est devenu un temps fort dans la lutte contre le cancer colorectal au même titre qu'Octobre Rose, le mois dédié à la lutte contre le cancer du sein… et pour cause : Ce cancer est l'un des plus fréquents et touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après l'âge de 50 ans.

Le cancer colorectal, aussi appelé cancer de l'intestin, est la 2ème cause de décès par cancer en France. Il se développe lentement à l'intérieur du colon ou du rectum, le plus souvent à partir de petites lésions dénommées polypes.

Détecté suffisamment tôt, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.
Le test de dépistage, proposé aux personnes de 50 à 74 ans, réduit la mortalité par cancer colorectal. Il permet de détecter un cancer à un stade précoce, et d'augmenter les chances de guérison. Grâce à ce dépistage, on peut aussi repérer une lésion avant qu'elle n'évolue en cancer. En cas d'antécédents personnels ou familiaux de polype, de cancer, de maladie du colon ou de symptôme digestif, le médecin pourra proposer d'autres modalités de dépistage.

Le dépistage, généralisé en France depuis 2008, a démontré son efficacité pour diminuer le nombre de décès lié à ce cancer. Le test immunologique, devenu simple, rapide et performant, consiste à prélever 1 échantillon de selles (au lieu de 6 auparavant). Il s'agit d'un kit remis par le médecin dont le test est à effectuer chez soi avant de l'envoyer au laboratoire d'analyse via une enveloppe T. Le résultat parvient sous 15 jours. Le test ainsi que son interprétation sont pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie.

« Le dépistage du cancer colorectal repose sur le test hémoccult (recherche de sang dans les selles) chez les personnes âgées de 50 à 74 ans, sans symptôme et sans facteur de risque et sur la coloscopie dans tous les autres cas. La coloscopie réduit considérablement le risque de cancer quand elle permet l'ablation des lésions pré-cancéreuses. », indique le Dr Cosme, gastroentérologue.

  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Share
  • Rss

Rechercher

Dans l’annuaire FHF

Vous recherchez :

* Renseignez au moins un des deux
  champs pour lancer la recherche.

Sur la carte

carte_france